Ce mouvement                                                                                     Inédit       

Bouleverse
                       La perspective de l'univers                      

Laisse réver d'élévation
Oublier l'extraordinaire nudité de nos vies

Qui franchiront peut-être
Après le grand réveil

Le mur de la honte...

Elle                                 " les Ailes de l'Âme", Ed. Musée de Poésie de Carpentras       

Je voudrais à la ville
Au milieu des Autos
Aux portes des usines
Aux portes des bistrots

Je voudrais qu'on l'entende

Dégueulant à plein tube
Sur les trottoirs en crue
Formant de puissants rus
A drainer les passants

Et chassant cet ennui
Qui coule sur les murs
Déchirant le mépris
Où saignent nos blessures

Je voudrais qu'on l'entende

ELLE, LA MUSIQUE, TOUJOURS !!!

    DALISCOPE       "De l'intérieur"                                    Ed. Barré-Dayez -Paris        

De Roses à Dali il n'y a qu'un lit
Un lit de fantasmes au milieu du marasme
Symbiose entre l'art classique et moderne
Trait d'union entre l'allégorie et l'esprit
Septième marche de l'escalier antinomie
Statue drapée d'une cape pyramide
Galerie inversée où git l'imaginaire
Eglise devenant musée
Dali; prêtre du subconscient
Grand timonier métaphysique du désordre
Hyperbole visionnaire
De la transcendance symbolique
Tes manipulations dérivent
Sur l'hymen du mystère

 « Sur le pas d’Osiris »                                                                        Ed. Lulu              
 
Il regarde
Au-delà d’une fenêtre
La violence des quartiers

Comment pourrait-il oublier
L’herbe sauvage
Qui fait de lui
Un étalon des villes ?

Sinon, sous la rosée d’une fleur
Chaque matin, à l’aube

D’une rose
Dont la piqûre
Est une guérison…

« Le jardinier des Galaxies»                                                                        Ed. P.A.P.    
 
J’ai sur la tête une forêt de trembles,
Lorsque la pluie m’éveille le matin.
Dans le cœur un parc de château,
Dont les arbres m’emportent jusqu’au ciel.
Alors, je pénètre un cercle lumineux,
Baigné de mots de toutes les couleurs ;
Et d’innombrables grèves où brûlent les Poètes.